Pourquoi inviter les probiotiques à table?

Contenu de l'article

Si on en parle depuis longtemps, on n’a pas fini de creuser la question des probiotiques. Dans quoi les retrouve-t-on? Quels sont leurs bienfaits? On observe aujourd’hui au microscope ces microorganismes vivants, très présents dans les produits laitiers (bonjour le yogourt, les fromages et les boissons à base de lait!).

100 000 milliards… C’est le nombre de bactéries que votre système digestif contient. Ça, c’est environ 10 fois plus que le nombre de cellules qu’on retrouve dans le corps humain. Ces bactéries, bonnes et mauvaises, forment un écosystème complexe qu’on appelle aujourd’hui le microbiote intestinal (qu’on appelait avant la « flore intestinale »). Parmi elles, on retrouve les probiotiques, qui, vous l’aurez deviné, sont de bonnes bactéries.

Dans les faits, c’est quoi un probiotique?

Les probiotiques sont des microorganismes vivants, qui, lorsqu’administrés en quantité adéquate, ont un effet bénéfique sur votre santé intestinale. S’ils sont présents dans certains aliments comme le yogourt, le kéfir, les fromages à pâtes persillées (comme le bleu et le roquefort) et les aliments fermentés, ils peuvent aussi être consommés sous forme de suppléments alimentaires (1).

Une fois ingérés, et après avoir atteint l’intestin grêle et le côlon, les probiotiques se retrouvent, se multiplient et se mêlent aux microorganismes déjà présents. Ensemble, ils contribuent à maintenir l’équilibre du microbiote intestinal et à limiter la présence de microorganismes pathogènes (le nom scientifique pour désigner les mauvaises bactéries qui peuvent être à la source de diverses maladies)(2).

Les probiotiques veulent votre bien (pour vrai de vrai)

En plus de favoriser une digestion optimale, ces alliés contribuent activement au renforcement du système immunitaire. Nourrir votre microbiome intestinal avec des probiotiques, c’est aussi encourager la croissance des bonnes bactéries, ce qui peut aider à réduire les troubles digestifs, renforcer la barrière intestinale et favoriser une meilleure absorption des nutriments.

Les probiotiques peuvent aussi aider à prévenir et à soulager certains problèmes comme la constipation, la diarrhée du voyageur, la vaginite ou la vaginose bactérienne, de même que les symptômes associés à la bactérie C. difficile ou à la prise d’antibiotiques3. C’est pas pour rien qu’on dit qu’ils veulent votre bien.

Les prébiotiques, la nouvelle affaire?

Pas encore aussi connus que les probiotiques (mais ça ne saurait tarder, on les a à l’œil!), les prébiotiques sont un peu comme les provisions des probiotiques. Imaginez-les comme des fibres alimentaires spéciales qui résistent vaillamment à la digestion et à l’absorption. Une fois dans le gros intestin, ils restent intacts et sont ensuite pris en charge par les bactéries bénéfiques, dont font partie les probiotiques. C’est comme s’ils préparaient le terrain et nourrissaient ces bonnes bactéries pour qu’elles puissent faire leur travail efficacement et croître sainement.

Et où est-ce qu’on en trouve? S’il existe des suppléments alimentaires de prébiotiques, ceux-ci sont aussi présents dans certains aliments comme l’ail, les oignons, les asperges, les artichauts, les bananes, le blé et le seigle (mais en très petites quantités)(3). Conclusion : intégrer des fibres prébiotiques à votre alimentation au quotidien, c’est fournir un buffet à vos bonnes bactéries pour favoriser une digestion optimale et créer un environnement intestinal propice à votre santé globale.

D’autres faits bons à savoir :

  • Plus il y a de bonnes bactéries dans votre corps, moins il y a de place pour les mauvaises bactéries! Une autre bonne raison d’inclure les probiotiques et les prébiotiques dans votre alimentation.

  • Il existe différentes souches de probiotiques : les bactéries lactiques de la famille des lactobacilles et des bifidobactéries sont les plus répandues. Ces bactéries sont utilisées dans la fabrication du yogourt, des fromages et du kéfir, c’est pourquoi les produits laitiers sont aussi riches en probiotiques2! Pour les personnes qui désirent en consommer davantage, il existe aussi des suppléments. Toutefois, il est sage de discuter avec un professionnel de la santé qui s’y connaît pour choisir ceux qui sont le mieux adaptés à votre situation, même s’ils sont en vente libre (5).

  • Il faut en consommer régulièrement pour bénéficier de leurs effets positifs sur la santé, puisque les bactéries ne s’installent que de manière transitoire dans notre système (2).

Ça coule de source…

Karine Gravel, nutritionniste et docteure en nutrition, a vérifié les affirmations énoncées ci-haut pour nous donner l’heure juste au sujet des probiotiques.

Sources :

  1. Santé Canada. (2022, 21 juillet). Questions et réponses sur les probiotiques. https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/etiquetage-aliments/allegations-sante/questions-reponses-probiotiques.html
  2. Bélanger, M et LeBlanc, MJ. (2021). La nutrition (5e édition). Chenelière Éducation.
  3. Les diététistes du Canada. (2023, 12 octobre). Lignes directrices sur le choix d’un probiotique au Canada (adultes). https://www.pennutrition.com/KnowledgePathway.aspx?kpid=5877&trcatid=ALL&trid=29665
  4. Société canadienne de recherche intestinale. (2024). Probiotiques, prébiotiques et le microbiome. https://badgut.org/centre-information/sujets-de-a-a-z/prebiotiques-et-probiotiques/?lang=fr

Explorer d’autres sujets